L'UE confirme l'amende de 4,1 milliards d'euros imposée à Google pour avoir groupé la recherche avec Android

Le logo du jeu de société Monopoly, accompagné d'Oncle Pennybags, a été transformé pour dire Google.
Agrandir/ Voyons, vous avez atterri sur mon espace "Google Ads", et avec trois maisons... ce sera 1 400 $.

Ron Amadeo / Hasbro

Google a perdu sa dernière bataille contre les régulateurs de l'Union européenne. Ce matin, le Tribunal de l'UE a confirmé l'amende record de Google pour regrouper la recherche Google et Chrome avec Android. La décision initiale a été rendue en juillet 2018, assortie d'une amende de 4,34 milliards d'euros. ce chiffre a été ramené à 4,125 milliards d'euros (4,13 milliards de dollars), c'est toujours la plus grosse amende infligée à l'UE jamais.

L’UE conteste la manière dont Google accorde aux fabricants des licences pour Android et les applications Google associées, comme le Play Store. Le Play Store et les services Google Play sont nécessaires pour construire un smartphone compétitif, mais les obtenir de Google nécessite de signer un certain nombre de contrats qui, selon l'UE, étouffent la concurrence.

Lectures complémentaires

Fuite des nouvelles conditions de licence Android OEM; « Open » s'accompagne de nombreuses restrictions
La Commission s'est concentrée sur trois restrictions illégales. Premièrement, Google regroupe Google Chrome et Search avec Android. La société exige que les fabricants d'Android signent un "Accord de distribution d'applications mobiles" (MADA), qui stipule que les fabricants qui souhaitent inclure un produit Google doivent en inclure une grande collection et faire de Google la valeur par défaut. Il existe même des exigences concernant l'emplacement des icônes et des widgets.

La deuxième restriction illégale est « l'accord anti-fragmentation » du contrat, qui stipule que quiconque crée un fork de Android, même en tant que produit distinct ou sous une marque différente, verra la licence de l'application Google de son entreprise immédiatement révoquée. Le troisième problème concerne les accords de partage des revenus de Google, qui donnent aux fabricants adhérant à toutes ces règles une part des revenus de recherche et de publicité Google générés par un client.

La Commission européenne a estimé que « l’objectif de toutes ces restrictions était de protéger et de renforcer la position dominante de Google ». position par rapport aux services de recherche généraux et, par conséquent, les revenus obtenus par Google grâce à la recherche annonces."

  • Les écrans de vote originaux. Dans l'UE, ceux-ci apparaîtront lorsque les utilisateurs ouvriront le Play Store ou lors de la configuration initiale.

    Google

  • La version mise à jour a un nouveau design et défile pour afficher davantage de fournisseurs de recherche.

    Google
  • Chrome offrira également aux utilisateurs la possibilité de choisir un autre moteur de recherche.

    Google

Même si l'appel vient tout juste d'être rejeté, les solutions proposées par Google à ses problèmes étaient déjà déployées au moment de la décision initiale. Dans l'UE, Google s'inspire du modèle de Microsoft livre de conformité antitrust, et Android affiche maintenant bulletins de vote par navigateur et moteur de recherche qui permettent aux utilisateurs de choisir une option non Google. Google affirme avoir utilisé les revenus publicitaires des applications Google par défaut pour financer le développement d'Android, et maintenant que celles-ci Il n'est pas nécessaire que les applications soient incluses, les fabricants peuvent choisir de payer directement pour Android au lieu de l'obtenir. gratuit. Si les fabricants ne regroupent pas les applications de Google, Google facturera jusqu'à 40 $ par téléphone dans l'UE. L'UE a également contraint Google à autoriser ses partenaires à construire des forks Android sans subir de représailles de la part de l'entreprise. Vous pouvez désormais vendre côte à côte Google Play Android et un appareil dérivé basé sur Android sans vous faire expulser de l’écosystème.

En réponse à la décision, un porte-parole de Google a déclaré à Ars: « Nous sommes déçus que la Cour n'ait pas annulé la décision dans son intégralité. Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins, et soutient des milliers d'entreprises prospères en Europe et dans le monde. »

Il s'agit de la deuxième grande perte de Google devant les tribunaux européens. L'entreprise a également été condamnée à une amende 2,4 milliards d'euros pour regrouper Google Shopping avec la recherche et 1,5 milliard d'euros pour regrouper la recherche et la publicité. Au total, Google a été condamné à une amende de 8,25 milliards d'euros dans l'UE.

Dernier article de blog

10 des animaux les plus surprenants de New York
August 23, 2023

Broadway, l'Empire State Building, les magasins de la Cinquième Avenue: la ville de New York est surtout connue pour sa culture et ses infrastructu...

Trouvé: premier patient américain à contracter le MERS sans voyager au Moyen-Orient
August 23, 2023

L’homme a contracté le virus lors d’un contact étroit avec un professionnel de la santé travaillant en Arabie Saoudite. Le virus est nouveau et pe...

Une section de la Station spatiale internationale pourrait être recyclée en quartiers d'équipage pour une mission sur un astéroïde
August 23, 2023

Alors que le président Obama a récemment réduit le budget de certains des projets les plus chers de la NASA, il est logique que le... Alors que le...